L'ORGUE CLASSE - orgue Verschneider (1859-1860)

 

L'orgue de l'église Saint Etienne fait partie des quelques instruments que les frères Verschneider, installés à Remering (Moselle), ont réalisé dans tout l'est de la France dans la deuxième moitié du 19ième siècle. D'après les experts, l'orgue de Châtenois-les-Forges est celui qui est au plus près de son état d'origine avec des transmissions mécaniques en bon état. Cette situation est le résultat d'un entretien régulier, d'un nombre limité de modifications et, fait rare, d'un  nombre d'organistes très réduit au nombre de cinq pendant les 140 premières années puis 2 jeunes organistes qui se relaient depuis l'an 2000. Le fait d'avoir personnellement retrouvé toutes les archives concernant l'histoire de cet instrument depuis sa création constitue une référence nationale sur la composition musicale d'un orgue de Verschneider de 1859.

Après un peu plus de 150 ans d'utilisation hebdomadaires sans jamais défaillir, l'instrument a montré des signes de faiblesses à partir de 2005. Classé au patrimoine national des monuments historiques depuis 1980 tant pour sa mécanique que son harmonie musicale et ses boiseries décoratives, il appartient à l'Etat qui a délégué son pouvoir de surveillance et d'entretien à la commune qui elle-même s'appuie sur l'association des Amis de l'Orgue. C'est donc l'Etat représenté par la commission nationale des monuments historiques qui a décidé en décembre 2011 que cet orgue devait être restauré. L'avis donné s'appuie sur les conclusions de deux experts nationaux qui ont inspecté l'instrument  indépendamment et à deux périodes différentes. 

La restauration a concerné une remise en état du bon fonctionnement de l'instrument. Pour ce faire, l'orgue a été entièrement démonté et transporté dans l'atelier du facteur d'orgue à Strabourg. Les fuites d'air ont été supprimées et divers tuyaux retouchés au cours du temps. Lors du remontage, la liaison mécanique entre le clavier et l'orgue de façade a été assouplie. L'Etat proposait aussi un rapprochement du grand orgue et du positif pour que ces deux parties retrouvent leur position d'origine. Il était aussi souhaité que l'harmonie musicale de l'orgue soit reconstituée comme lors de sa construction. La commune ne s'est pas engagée dans ces deux voies à cause du coût de ces opérations. 

André BRUNETTA, Adjoint chargé de l'Urbanisme et des Bâtiments COmmunaux - mai 2014

 

 

Créer son site internet avec Moduliti | Mentions Légales